Cité Miroir

Lieu d’exception au service de la citoyenneté,
de la mémoire et du dialogue des cultures

Librairie

La librairie Stéphane Hessel a choisi la littérature, au sens large, comme outil de résistance, en se spécialisant dans les thématiques liées à la transmission de la mémoire, aux questions sociales, à la citoyenneté et au dialogue des cultures. La librairie gérée par Les Territoires de la Mémoire asbl propose aux visiteurs de La Cité Miroir une sélection de titres en lien avec la programmation. Ses rayons principaux sont l’histoire internationale des luttes pour la liberté, la Seconde Guerre mondiale, le dialogue des cultures et l’histoire des luttes sociales.

La Librairie Stéphane Hessel, c’est aussi un moyen de soutenir les projets menés à La Cité Miroir, auxquels reviennent entièrement les bénéfices des ventes. N’hésitez donc pas à y commander tous les livres que vous souhaitez.

    librairie@citemiroir.be | +32 (0)4 250 99 59

Ouverture

Mardi au vendredi 10h à 12h et de 12h30 à 17h30
Samedi et le 1er dimanche du mois 12h à 17h 

Fermeture

Les lundis, les dimanches (sauf le 1er du mois), les jours fériés et du 24 décembre au 4 janvier inclus

 

Les coups de cœur de nos libraires

 

 

 

 

 

Vive la Syndicale ! Pour un Front Unique des Exploités

Guillaume Goutte. Nada, 2018 – 8€

Depuis des années, et davantage encore depuis le mouvement social qui a suivi la loi Travail, Guillaume Goutte (militant syndicaliste et anarchiste français) insiste sur la nécessité de l’unité entre les acteurs de la grève. Ici, il explique en plus l’importance pour le travailleur de faire entendre sa voix (que ce soit dans la rue ou au sein même d’un syndicat) sans s’embarrasser des considérations politiques et/ou philosophiques qu’on aimerait lui imposer.

 

 

 

Le Noir qui infiltra le Ku Klux Klan

Ron Stallworth. Autrement, 2018 – 18€

Le livre qui a inspiré le film Blackkklansman (au cinéma jusqu’au 11 novembre) raconte l’histoire de Ron Stallworth, premier Noir à avoir intégré la police de Colorado Springs et qui, à force de d’arrogance, d’ambition et de sacrées opportunités, infiltra le Ku Klux Klan en 1978. Parsemé de repères historiques, c’est un livre sans prétentions, accessible, presque léger, contrastant avec le sujet qu’il traite.

 

 

 

Phoolan Devi, reine des bandits

Claire Fauvel. Casterman, 2018 – 22€

Illustration prenante et interpellante de l’autobiographie Moi, Phoolan Devi, reine des bandits (réédité chez Robert Laffont en 2013), cet ouvrage retrace l’histoire d’une femme que la vie a sans cesse voulu mater, sans succès. Malgré les humiliations révoltantes dont elle a été victime, la reine des bandits a toujours trouvé la force de se battre et son combat est une inspiration pour toutes et tous.