Cité Miroir

Lieu d’exception au service de la citoyenneté,
de la mémoire et du dialogue des cultures

Librairie

Située au deuxième étage de La Cité Miroir, la librairie Stéphane Hessel a choisi la littérature, au sens large, comme outil d’éducation. Outil et vitrine pour les trois associations hébergées à La Cité Miroir - Les Territoires de la Mémoire asbl, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl, et l’asbl MNEMA - elle propose avec plaisir ses nombreux conseils et coups de cœur aux visiteurs et visiteuses des lieux.

Spécialisée dans les thématiques liées à la transmission de la Mémoire, à la citoyenneté et au dialogue des cultures, la librairie propose une riche sélection de publications engagées pour toutes et tous.

Ses rayons principaux sont l’histoire internationale des résistances pour la liberté, la Seconde Guerre mondiale, le dialogue des cultures et l’histoire des luttes sociales. Elle présente de nombreux romans, romans graphiques, bandes dessinées, ressources pédagogiques, ainsi qu’une belle sélection de livres jeunesse.

La librairie Stéphane Hessel, c’est aussi un moyen de soutenir les projets menés à La Cité Miroir, auxquels reviennent entièrement les bénéfices des ventes.

 

Ouverture

Mardi au vendredi 10h à 12h et de 12h30 à 17h30
Samedi et le 1er dimanche du mois 12h à 17h 

Fermeture

Les lundis, les dimanches (sauf le 1er du mois), les jours fériés et du 24 décembre au 4 janvier inclus

    librairie@citemiroir.be | +32 (0)4 250 99 59

 

Les coups de cœur de nos libraires

 

 

 

 

Terminus Berlin

Edgar Hilsenrath, Le Tripode, 2019 – 19.00€

Dans ce roman où se succèdent et se chevauchent tendresse, mélancolie, détresse et réalisme, l’auteur met en scène un double littéraire, Lesche, juif allemand réfugié retrouvant l’Allemagne après trente ans d’exil. Optant comme à son habitude pour un humour cru et un ton provocateur, Hilsenrath signe ici son dernier ouvrage, bouclant la boucle.

 

 

 

 

 

 

Peuple

Déborah Cohen, Editions Anamosa, 2019 - 9.00€

Le mot « peuple » recouvre bien des sens selon les contextes ou les individus qui aiment à s’en revendiquer. Actuellement, s’il agit comme « opérateur symbolique d’unification », s’il sert à désigner le refus de l’exploitation, il importe de trancher : doit-on le réinvestir, lui donner corps par notre action collective ou faut-il simplement l’abandonner puisqu’il serait la trace résiduelle d’une histoire passée ?

 

 

 

 

 

 

Tiananmen 1989

Lun Zang, Adrien Gombeaud & Améziane, Delcourt, 2019 – 18.60€

Le 15 avril 1989, étudiants, intellectuels et ouvriers occupent pacifiquement la place de Tian’anmen afin d’obtenir la mise en place de réformes politiques. Pourtant, le 4 juin, c’est l’armée qui intervient. En charge de l’intendance et du service d’ordre au moment des événements, Zhang Lun, prend la parole ; 30 ans plus tard, il nous livre son témoignage.