Cité Miroir

Lieu d’exception au service de la citoyenneté,
de la mémoire et du dialogue des cultures

Mardi 12 octobre 2021
20h
Public : 
Tout public

Pratiques de collage féministe, réappropriation de l’espace via des tricots, stratégies de déboulonnage d’un statuaire colonial glorifiant et décontextualisé... S’ils se situent à la limite de la légalité, ces gestes expriment une véritable volonté de transformation du paysage sociologique, politique et topographique.

Se déplacer et occuper l’espace public semble accessible à toutes et tous, de manière égale. Et si nous y regardions plus attentivement ? Si les villes constituent, selon la sociologue Sylvette Denèfle, le « reflet des normes sociales dominantes », elles peuvent également être saisies comme des objets de changement, de subversion et par conséquent, de dénonciation.

L’espace public : un concept de notre quotidien, un espace d’expression, de contestation et de lutte. La toponymie des rues, le classement patrimonial, l’accès au logement, la structuration des espaces publics constituent autant d’enjeux actuels, inscrits au cœur des villes et de leur architecture. Et pourtant ! Pour quelles raisons distinguer espaces privé et public ? Quelles porosités existent entre ces espaces ? Quelle place est faite aux modes d’expression contestataires ?

Rendez-vous pour cette première conférence inscrite dans le cycle « Contester et reconstruire nos espaces publics » initié par MNEMA asbl et La Maison des Sciences de l'Homme (ULiège).

 

Avec Laura Zinzius (UNamur), Sarah Bli et Sarah Guilleux (membres du collectif CARAVANE) 

 

Respect des règles sanitaires en vigueur : port du masque et respect des distances entre les bulles obligatoires 

 

Organisateurs

Une programmation de MNEMA asbl et de La Maison des Sciences de l'Homme (ULiège).

 

 

Tarif

3€

Réservations

Vous aimerez aussi