Cité Miroir

Lieu d’exception au service de la citoyenneté,
de la mémoire et du dialogue des cultures

Du 21 mai 2021 au 22 mai 2021
11h - 22h
Lieu : 
Diffusion en ligne
Public : 
Tout public

La Foire du livre politique vous propose, pour sa 13e édition reportée au printemps, une formule adaptée à la crise sanitaire : l’événement sera entièrement proposé en distanciel, sous forme de webinaire. Six débats seront programmés sur la journée, cinq en journée et un en soirée, en plus de la remise du Prix du livre politique et celle du Coup de Cœur en Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire ainsi que la présentation du PolitiK - rencontres internationales Cinéma et Politique. Les thèmes abordés, on ne peut plus variés, tourneront autour de l'actualité politique et/ou de société et se baseront sur des présentations d’ouvrages ou sur l’échange de points de vue de différents intervenants, qu’ils soient auteurs, experts, professeurs d’université, sociologues ou représentants de différents organismes ou associations. Il y en aura pour tous les goûts !

 

11h-12h

Débat : « Pourquoi contester ? Pour quoi contester ? », organisé par les éditions Academia

Intervenants : Jean Faniel (CRISP) et David Paternotte (ULB)

En Belgique, la mobilisation contestataire prend des formes variées et porte sur de nombreux sujets : des marches du mouvement flamand aux grèves de la faim des sans-papiers, des manifestations et grèves syndicales à la Gay Pride des groupes LGBT, des interventions plus discrètes auprès des partis politiques aux actions d'éclat d'organisations environnementalistes. La contestation sociale fait partie intégrante de la vie démocratique belge et a conduit à l'institutionnalisation de la sécurité sociale, à la fixation de la frontière linguistique ou plus récemment à la création du "Fonds blouses blanches". Mais que sait-on des formes et de l'impact de ces mobilisations ? C'est ce que Jean Faniel et David Paternotte aborderont en présentant l'ouvrage Se mobiliser en Belgique (Editions Academia) et en montrant que la démocratie se fait aussi, voire surtout, dans la rue.

-----

13h-14h

Présentation et discussion autour du livre : « Epopée. La Centrale Générale FGTB Liège-Huy-Waremme : maitre d’œuvre de l’unité ouvrière », par IHOES

Intervenants : Geoffrey Goblet (secrétaire général et ancien président de la Centrale générale pour Liège-Huy-Waremme), Marie Virginie Brimbois (déléguée syndicale dans le secteur des titres-services) et Lionel Vanvelthem (attaché scientifique à l'Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale - IHOES). Animation : Dawinka Laureys, coordinatrice Éducation permanente à l’IHOES.

En 1920, naissait la Centrale du bâtiment, de l’ameublement et des industries diverses de Belgique (CBAID). Fruit du rapprochement entre plusieurs organisations syndicales socialistes dont les racines plongent dans le terreau des premières structurations ouvrières de la fin du XIXe siècle, la CBAID est l’ancêtre direct de l’actuelle Centrale Générale FGTB. Une centrale qui, tout au long de son histoire, a gardé une remarquable constance doctrinale, avec pour maître-mot l’unité syndicale. L’IHOES vous propose une présentation/discussion autour d'un ambitieux ouvrage historique et artistique célébrant le centième anniversaire de la régionale liégeoise de la Centrale Générale en présence de Geoffrey Goblet (ancien président de la Centrale Générale FGTB Liège-Huy-Waremme et commanditaire du projet) et de Lionel Vanvelthem (historien auteur des deux chapitres du livre dédiés à la période post-1945). En prenant appui sur l’histoire de cette centrale, la discussion sera entre autres axée sur des questions qui ont continuellement marqué le mouvement ouvrier et qui restent encore aujourd’hui d’actualité : comment construire une société plus juste et plus solidaire ? Comment conscientiser les travailleurs et travailleuses à devenir les acteurs de cette société en rejoignant l’outil de transformation qu’est le syndicat ? Quelles stratégies privilégier pour obtenir plus de justice sociale et de démocratie ? Mais aussi : comment adapter ces stratégies à notre époque, partagée entre sauts technologiques constants et modifications radicales de l’organisation du travail – modifications dont on a pu, depuis le confinement du printemps 2020, constater l’accélération ?

-----

14h30-15h30

Débat : « Poetic Lab : poésie insoumise et littérature embarquée », organisé par les Territoires de la Mémoire

Intervenants :  Charlyne Audin (professeure à la Haute École Charlemagne, Liège) ; Justine Huppe (Chargée de recherches FNRS en Sociologie de la littérature française, ULiège) ; Dan Van Raemdonck (ULB) ; Pascal Leclercq (Ateliers Poésie Pur Porc) et Lisette Lombé (poétesse et slameuse). Animation : Julien Paulus (coordinateur du centre d’études et des éditions des Territoires de la Mémoire) 

Pour le poète américain Lawrence Ferlinghetti, la poésie est « un art de l’insurrection » et elle « peut encore sauver le monde en transformant la conscience ». Et si l’éveil citoyen était avant tout une question d’éducation à la langue ? Et si, au lieu de répéter encore le constat d’échec de la scolarité obligatoire en matière d’écriture et de lecture, on pensait à reconsidérer la façon dont on travaille la grammaire à l’école ? Comment fonder un regard nourri sur le monde, une conscience politique, voire un engagement militant si des compétences linguistiques solides ne sont pas acquises ? Voilà l’enjeu du « Poetic Lab » : reconnecter l’enseignement de la langue française à des pratiques créatives liées à des enjeux de prise de parole citoyenne. 

-----

16h-17h

Débat : « Quel parti politique pour demain ? », organisé par les éditions Now Future.

Intervenants : Maurice Demolin 

Un constat tout d’abord : en quelques années, l’adhésion aux partis politiques a considérablement diminué. En Italie, en Espagne, et surtout en France, les principaux partis politiques ont perdu beaucoup de leur audience au profit de formations parfois hétérogènes, peut-être éphémères et, pour certaines vouées à l’échec. Des causes multiples sont évoquées : individualisme forcené, populisme, désaffection du politique, aspiration à la démocratie directe. Diverses propositions titillent les esprits : généralisation du referendum, tirage au sort de citoyens investis du pouvoir de décision… Mais la démocratie exigera toujours la consultation et/ou la décision du peuple. Et une médiation - celle tenue par les partis actuels - sera toujours nécessaire. Quelle en sera la forme ? C’est tout le sujet de cette intervention.

-----

17h30-18h30

Débat : « Comment reconstruire le ‘monde d’après’ sur des bases justes et durables ? », organisé par ATTAC et le CAL

Intervenants :  Arnaud Zacharie, secrétaire général du Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11) et Éric Toussaint, porte-parole du réseau international du Comité pour l'abolition des dettes illégitimes (CADTM). Animation : Catherine Haxhe, journaliste « Libres ensemble »

La crise mondiale provoquée par le coronavirus exacerbe les inégalités, l’instabilité financière et les dérives nationalistes et autoritaires qui existaient avant le confinement de mars-avril. Elle illustre combien il est illusoire de faire reposer la prospérité économique sur la destruction des écosystèmes dont elle dépend. Comme en 2008, les États doivent socialiser les pertes pour éviter l’effondrement de l’économie mondiale. La hausse record des déficits publics risque de justifier à terme le retour des politiques d’austérité, dont les effets néfastes sont décrits dans les livres publiés par Éric Toussaint et Arnaud Zacharie. Le retour aux politiques contre-productives du passé n’est toutefois pas une fatalité. Les alternatives ne se limitent pas à faire payer la crise aux classes moyennes et populaires (comme le prône l’agenda austéritaire) ou à des boucs-émissaires (comme le prône l’agenda national-populiste). D’autres voies existent pour faire de la crise une opportunité de reconstruire le « monde d’après-coronavirus » sur des bases justes et durables. Plutôt que chercher à relancer un système inégalitaire et insoutenable, le défi consiste à le transformer selon une approche progressiste et internationaliste, afin de garantir une prospérité soutenable et partagée. 

----

18h30-20h

Remise du Prix du livre politique 2020

Sont en lice les ouvrages suivants :

-       Le Vol du Siècle, Jan Walraven Now future
-       De la Fabrique des lois, Philippe Mahoux et Jean Blairon, CAL
-       Sur l’échiquier du pouvoir, Frans Van Daele, Racine
-       Les invisibilités barbares, Vrancken, MSH
-       Se mobiliser en Belgique. Raisons, cadres et formes de la contestation sociale contemporaine », Jean Faniel, Corinne Gobin, David Paternotte. Edition Academia

Remise du coup de cœur Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire

2021 voit la première édition du Coup de Cœur Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire. Un coup de cœur éminemment politique par notre choix de récompenser des textes et des images qui sont des dénonciations, des revendications, des propositions, des cris, des visions pour un monde meilleur et plus juste. La liberté ne se reçoit pas, elle se prend, à n’importe quel âge.

L’objectif est de mettre en évidence un livre illustré accessible à la jeunesse de 3 à 103 ans et portant sur une thématique qu’explorent les Territoires de la Mémoire, du travail de mémoire à la citoyenneté en passant par la Résistance, la lutte contre toutes les idées liberticides et la défense des droits humains.
 
Les titres en lice pour sont : 
 
1.    Migrants d’Issa Watanabe (La Joie de lire, 2020)
2.    Ma maman est bizarre de Camille  Victorine  et Wanda  Gogusey  (La Ville Brûle, 2020)
3.    Un peu beaucoup d’Olivier Tallec (École des loisirs - Pastel, 2020)
4.    Tu t’appelleras Lapin de Marine Schneider (Versant Sud, 2020)
5.    Le dictateur  de Ximo  Abadia (La joie de lire, 2020)
6.    J’ai vu un magnifique oiseau de Michal Skibinski  et Ala  Bankroft (Albin Michel Jeunesse, 2020)
7.    Julian est une sirène de Jessica Love (Ecole des loisirs, 2020)
8.    Les enfants de la résistance de Benoît  Ers  et Vincent  Dugomier (Le Lombard, 2020)
9.    Les grandes grandes vacances de Gwénaëlle Boulet et Pascale Hédelin (BD kids, 2020)
10.  Les oiseaux ont un roi de Thierry Dedieu (Seuil jeunesse, 2020)
 
Le comité de lecture 2020 est composé de membres des Territoires de la Mémoire, de Claire Nanty de la librairie la Grande Ourse et de Brigitte Van Den Bosche des Ateliers du Texte et de l’Image.
 
Présentation de PolitiK – Rencontres internationales cinéma et politique du 15 au 20 novembre 2021 à Liège
 
A l’instar et en collaboration avec la Foire du Livre Politique de Liège, le PAC Liège, en partenariat avec les Grignoux, Wallonie image Production et la Cité-Miroir, organise du 15 au 20/11/2021 la 1ère édition de PolitiK – Rencontres internationales Cinéma et Politique. Notre volonté est de créer, le temps d’une semaine, un « Pôle » de diffusion et de réflexion autour de la « chose publique », de l’engagement et du débat.
 
Le fil rouge de ces Rencontres sera : « Représentation de la politique. Politique de la représentation », en proposant d’une part, des films qui montrent la pratique de la politique et d’autre part, des films qui génèrent une pensée politique. Faisant tant place au cinéma qu’aux débats, PolitiK abordera de grandes questions d’actualité telles que la démocratie (les impacts des crises, notamment celle de la Covid-19, sur la démocratie et nos libertés), l’exercice du pouvoir  (les difficultés auxquelles les femmes et les hommes politiques peuvent être confrontés lorsque l’exercice de leur fonction les entraînent parfois loin de leurs idéaux initiaux) ainsi que les enjeux et les tensions qui peuvent apparaître entre d’une part, l’écologie et l’environnement et d’autre part, l’emploi et l’économie ; l’un ne pouvant parfois se développer qu’au détriment de l’autre. 
 
----
 
20h-22h

Grand débat - « Savoir » en temps de pandémie : un enjeu politique, organisé par Politique, revue belge d’analyse et de débat.

Intervenants : Florence Caeymaex (philosophe, co-directrice du Map, ULiège) Catherine Fallon (professeure, directrice du Spiral, ULiège) ; Bruno Frère (sociologue, maître de recherches FNRS, ULiège) ; Céline Nieuwenhuys (sociologue, secrétaire générale de la Fédération des services sociaux, membre du GEMS (groupe d’experts de stratégie de crise pour le covid-19) et de l’ex-GEES (groupe d’experts en charge de la stratégie de sortie) et François Thoreau (politologue, chercheur au Spiral, ULiège). Animation : Vaïa Demertzis (rédactrice en chef de Politique)

Le débat portera sur l’évolution des relations (tendues) entre le politique et le scientifique, à travers ces deux figures que sont l'expert(e) et l'intellectuel(le). Y seront questionnés la place du "savoir" et "non-savoir" scientifique dans les débats publics, le rôle de l’expert et de l’intellectuel dans les décisions politiques et l’impact de la notion de « risque » en politique, avec le regard particulier des sciences humaines qui n’ont pas constitué le cœur de l’expertise en temps de pandémie. Analyses, expériences et perspectives au rendez-vous.

 

Tarif

GRATUIT

Réservations

Toutes les conférences se feront via Zoom.

Après votre inscription en ligne, vous recevrez par mail, la veille ou le jour du débat, un lien Zoom pour vous connecter.

Vous pouvez également vous inscrire en envoyant un mail à reservation@citemiroir.be en précisant le débat auquel vous souhaitez participer.